logo assp

ASSP - Association suisse des sommeliers professionnels

CONCOURS DU MEILLEUR SOMMELIER DE SUISSE 2018

TROPHÉE QUATTROMANI - PRIX SPÉCIAL SWISS WINE

Con piacere annunciamo la prossima edizione du Concours du meilleur sommelier de Suisse ottobre 2018

CONCOURS DU MEILLEUR SOMMELIER DE SUISSE 2018

I dettagli verranno pubblicati nel corso del mese di giugno

Le Suisse Paolo Basso «Meilleur Sommelier du Monde 2013»

27 mars 2013, Tokyo

Paolo Basso et Piero Tenca
Paolo Basso en compagnie de Piero Tenca, président national de l’ASSP, devient le premier Suisse à remporter ce titre prestigieux.

En pleine ville de Tokyo, au milieu des cerisiers en fleurs, a eu lieu le 27 mars 2013, le 14e Concours du Meilleur Sommelier du Monde 2013, organisé par l’Association de la Sommellerie Internationale ASI. C’est la première fois qu’un candidat de l’Association Suisse des Sommeliers Professionnels” (ASSP) remporte ce titre prestigieux.

Durant trois jours à Tokyo, 57 sommeliers de 54 pays différents ont mesuré leur savoir professionnel, théorique et pratique, pour obtenir le titre de «Meilleur Sommelier du monde 2013». Ce concours se dispute en trois phases. Première étape, les quarts de finale: Fabio Miccoli, le 2e candidat suisse, obtient le 16e rang. Deuxième étape, la demi-finale, il ne reste que 12 candidates et candidats, desquels seuls les trois meilleurs disputent la grande finale en public.

Devant 4000 spectateurs au grand Forum de Tokyo, le nom des trois finalistes est annoncé quelques minutes avant l’épreuve majeure. Il s’agit du Tessinois Paolo Basso, quatre fois vice-champion du monde du même concours depuis sa première performance à Montréal en 2000. La Québécoise Véronique Rivest, première femme à monter sur le podium d’un concours mondial. Le nouveau et la surprise, Aristide Spies de Belgique.

Les épreuves originales se succèdent: premier test, à trois clients du bar, il faut présenter trois vins de Champagne millésimé de trois différentes années, choisir et servir celui qui correspond au goût personnel exprimé par chaque convive.
Deuxième épreuve: accompagner un menu de 7 plats avec 5 différents vins, dont seuls 2 blancs sont admis. Ne pouvant citer deux fois le même pays, les candidats proposent les vins les plus originaux et rares, commentent chaque cru proposé, indiquent le nom du vigneron et le pays, le millésime et le caractère gustatif de chacun.
Pour la suite, décantation en 5 minutes et dans les règles d’une bouteille d’un vieux Bordeaux, pour finir par le service équitable et en une fois à huit convives.
Enfin la correction de la carte des vins truffée d’erreurs, épreuve difficile pour remettre les maisons de vins dans leur pays d’origine, les appellations ou les cépages appropriés dans leur contexte, voire les millésimes qui ne seraient pas encore sur le marché. Pour finir, reconnaître sur photos 15 vignerons et producteurs de vins du monde.

Arrive enfin l’épreuve la plus spectaculaire, celle de la dégustation à l’aveugle en 12 minutes de quatre vins et six spiritueux servis à l’aveugle. Ce qui est important c’est la description de chaque vin, l’identification rapporte quelques précieux points en plus. Seul le vin de la Valaisanne, Marie-Thérèse Chappaz de Fully, a l’honneur d’être reconnu par les trois finalistes, vigneronne la plus célèbre dans le monde international de la sommellerie. Pour les spiritueux, il faut désigner la provenance du produit, si possible la région. L’épreuve en langue étrangère, français ou anglais, demande au candidat de présenter une des tâches dans la langue étrangère de son choix.

Meilleur score: Paolo Basso (47) a maîtrisé souverainement toutes les épreuves et décroche le titre de Meilleur Sommelier du Monde 2013. La deuxième place est attribuée à Véronique Rivest (48) du Canada, déjà Meilleur Sommelier des Amériques 2012, et la troisième à Aristide Spies (31) de Belgique qui a déjà participé au concours mondial du Chili. Après avoir reçu la médaille d’or, très ému Paolo s’exprime devant le public. “Je remercie tout particulièrement ma famille qui m’a permis de prendre le temps nécessaire pour préparer durant toutes ces années les concours. Je leur suis redevable d’avoir pu atteindre ce but ambitieux. Je remercie également les sommeliers du Japon qui ont œuvré pour achever cette fabuleuse organisation”.

Le nouveau Meilleur Sommelier du Monde se distingue par son impressionnante constance, sa discipline et ses motivations au plus haut niveau. Paolo Basso, est arrivé à l’apogée de son parcours, après avoir décroché les titre de Meilleur Sommelier Suisse 1997, Vice-Champion d’Europe à Reims dans les années 2004, 2006 et 2008, enfin Meilleur Sommelier d’Europe 2010 à Strasbourg. Pour le concours mondial: vice-champion du Monde à Montréal (2000), à Rhodes (2007) et à Santiago de Chili (2010), enfin Meilleur Sommelier du Monde 2013.

L’Association Suisse des Sommeliers Professionnels (ASSP) peut être fière de compter parmi ses membres le sommelier le plus titré de Suisse, d’Europe et du Monde, à ce jour, le seul à avoir atteint ce niveau professionnel extraordinaire.

Bruno-Thomas Eltschinger

Sponsors